Samuel Morse


smorseSamuel Morse est né le 27 avril 1791 à Charlestown près de Boston, Massachusetts. Il était le fils de Jedidiah Morse, le distingué géographe et pasteur Congrégationaliste. De l'Académie Phillips, Andover, où il a été un étudiant instable et excentrique, ses parents l'ont envoyé au Collège Yale. Bien qu'étant un érudit indifférent, ses intérêts étaient stimulés par des conférences sur des petits sujets de l'électricité. À cause de la détresse de parents austères, il prenait plaisir à peindre des portraits miniatures.

Après avoir reçu son diplôme au collège de Yale en 1810, Morse devint employé pour un éditeur de livre à Boston. La peinture continua d'être son intérêt principal, et en 1811 ses parents l' aidèrent pour se rendre en Angleterre afin de faire des études en art auprès de Benjamin West. Durant la Guerre de 1812, entre la Grande Bretagne et les États-Unis, Morse réagit au mépris des Anglais envers les Américains en devenant passionnément un pro-américain. Tout comme la majorité des Américains de ce temps là, il accepta les normes artistiques anglaises établies, incluant le style "historique" de la peinture – le portrait romantique des légendes et les événements historiques ayant des personnalités en premier plan dans de grandes poses et aux couleurs brillantes. En 1813 il reçoit la Médaille d'or de sculpture de la Société des Arts Adelphi.

À son retour aux Etats-Unis en 1815, Samuel Morse pensait que les Américains n'appréciaient pas ses toiles historiques; il se remit à faire du portrait à contrecœur, pour gagner sa vie, mais avec un certain talent. Il commença comme peintre itinérant en Nouvelle-Angleterre, à New York et au Sud de la Caroline. En 1825, il fonde à New York la société des Beaux-Arts (National Academy of Design) et devient son premier président pendant 16 ans. Après 1825, établi à New York, il peignit certains des portraits les plus beaux jamais fait par un artiste Américain. Il combinait la compétence technique et l'interprétation audacieuse de son caractère à ses sujets avec une touche de romantisme qu'il avait reçu en Angleterre.

Bien qu'il fut pauvre pendant ces années, Morse était sociable et les membres de sa famille étaient un monde d'intellectuels, de gens riches, orthodoxes religieux et conservateurs sur le plan politique. De plus, il avait tissé de grandes amitiés. L'un de ses amis était un héros français de la Guerre d'Indépendance Américaine, le Marquis de Lafayette, qui tenta de promouvoir la réforme libérale en Europe; un autre de ses amis fut le romancier James Fenimore Cooper. Morse et Cooper partageaient les mêmes "goûts" sociaux et tous les deux souffraient de l'art européen.

 

220qfl_front-morse-1000Morse avait aussi les qualités d'un chef. Ayant fait partie d'une campagne contre un théâtre licencieux, il aida au lancement, en 1827, du Journal du Commerce de New York, qui refusa les publicités du théâtre. Il a aussi été un fondateur de l'Académie Nationale de la Conception, organisé pour accroître les respects des peintres américains dont il fut le premier président de 1826 à 1845.

En 1829, il voyage en Europe pendant trois ans, en France et en Italie pour y étudier les Beaux-arts.

En 1832, c'est sur le "Sully", navire qui le ramène aux États-Unis, qu'il conçoit l'idée d'un télégraphe électrique après une conversation sur l'utilisation de l'électro-aimant et les travaux d'Ampère avec le géologue Charles Thomas Jackson. Bien que l'idée d'un télégraphe électrique ait été pensée avant les années 1800, Morse croyait que c'était le premier projet. Pendant ce temps là, il était encore dévoué à sa peinture, l'enseignement de la littérature relative aux arts du dessin à l'Université de New York et à la politique.

En 1837, avec l'aide de deux partenaires, Leonard Gale, un professeur de science à l'Université de New York et Alfred Lewis Vail, plutôt porté sur la réalisation pratique, il cherche à concrétiser son idée de construction d'un télégraphe.

Leonard Gale le conseilla, par exemple, sur la façon d'augmenter le voltage en augmentant le nombre de tours autour de l'électro-aimant. Alfred Vail, qui avait des habiletés mécaniques, offrit les matériaux et la main-d'œuvre pour construire des modèles dans la ferronnerie de sa famille. Ces deux amis devinrent des partenaires sur les biens du télégraphe de Morse.

 

220px-Guglielmo_MarconiEn 1838, il avait développé le système de points et tirets qui est connu à travers le monde comme étant le Code Morse et un dictionnaire pour mettre les nombres en mots.

Il tente sans succès d'intéresser le Congrès américain à son invention à la construction d'une ligne télégraphique et se tourne alors vers l'Europe, où il échoue également.

En 1840 il dépose le brevet pour son télégraphe – une machine simple et efficace.

Finalement, en 1843, après des démarches opiniâtres il réussit à obtenir du Congrès une aide de 30,000 $ pour établir une ligne télégraphique entre Baltimore (Maryland) et Washington DC.

En 1844, la ligne était terminée et le 24 mai il envoya le premier message de la Cour Suprême du Capitol vers le dépôt de chemin de fer de Baltimore.

 

 

 

                         Le 1er Télégraphe                                                                                            La Première Cles CW

morse_telegraph                                                      morse_first_key_s